0

FRET 21 : Le cadre idéal pour enfin s’engager concrètement pour la décarbonation du transport.  

12 avril 2022 Florence Mazaud

La décarbonation du fret représente un défi majeur pour les entreprises, qui restent souvent perplexes face à la complexité inhérente à la transformation vertueuse de leur organisation. En donnant un cadre commun et reconnu à cette ambition, FRET21 facilite la prise d’initiative des donneurs d’ordres et se pose en ambassadeur d’un engagement concret pour l’environnement.

Nul ne peut aujourd’hui nier l’impact du transport de marchandises sur l’environnement. Il représente aujourd’hui environ 10% des émissions de GES mondiales, une part vouée à s’accroître, gonflée par l’avènement d’un e-commerce globalisé et par l’extension et la complexification des chaînes d’approvisionnement. Face à ce constat alarmant, les acteurs du marché ont pris peu à peu conscience de leur part de responsabilité et du rôle qu’ils doivent jouer dans l’évolution vers un transport plus vert. Mais concrètement, les choses avancent peu.

Transport et changement climatique : de la lente prise de conscience vers l’action concrète, les chargeurs peuvent mieux faire.

Outre des réticences à agir autrement qu’à budget constant, les entreprises se heurtent à un déficit de connaissances pratiques au sein des équipes en charge de la supply chain, et plus spécifiquement du transport. Souvent perdues, peu formées aux problématiques de décarbonation, elles ne savent pas par quel bout prendre le sujet.

Aussi, chez les donneurs d’ordres, on a tendance à se reposer sur les efforts des transporteurs. Dans notre sondage « (ré)concilier transport de marchandise et décarbonation », daté de septembre 2021, nous pointions déjà cette problématique : sur 10 leviers de réduction des émissions de GES applicables aux opérations transport de leur entreprise, les répondants étaient 76% à citer la possibilité d’inciter leurs transporteurs à réduire leur consommation de carburant (écoconduite, véhicules récents…), quand 63% déclaraient pouvoir favoriser les transporteurs proposant des motorisations alternatives lors de leurs appels d’offres. Ces deux leviers se détachent nettement des autres, qui concernent cette fois en premier lieu… les chargeurs !

Pourtant, la majorité des réponses – et donc des responsabilités – se trouvent chez ces derniers. En se posant les bonnes questions et en prenant leur part d’action, les chargeurs peuvent avoir un impact concret dans l’amélioration de la performance environnementale du transport. Les progrès technologiques, les véhicules propres, bien qu’indispensables, ne suffiront pas à changer la donne, en tout cas pas avant plusieurs décennies : il faut dès maintenant un engagement fort des entreprises, un engagement cadré et un engagement suivi.

FRET 21 : une démarche concrète, des objectifs chiffrés

Le dispositif FRET21 est une démarche volontaire pour les entreprises donneuses d’ordres souhaitant mieux intégrer l’impact des transports dans leur stratégie de développement durable. Les entreprises signent une charte d’engagement et bénéficient d’outils spécifiquement développés et d’un accompagnement personnalisé sur 3 ans.

La démarche s’inscrit dans le cadre plus global du Programme EVE (Engagements Volontaires pour l’Environnement), porté par l’ADEME, l’Agence de la transition écologique, placée sous la tutelle du ministère de la Transition écologique. Le Programme EVE est ainsi décliné en plusieurs sous-programmes adaptés à chaque typologie d’acteur : FRET21 concerne donc les chargeurs, Objectif CO2 est dédié aux transporteurs et EVcom aux commissionnaires de transport.

« L’objectif – minimal – de réduction a été fixé par l’ADEME à 5% des émissions de GES sur 100% des flux aval France. »

Le dispositif se veut à rebours du greenwashing et de ses mécaniques d’image dépassées. En effet, qui peut aujourd’hui être convaincu de l’engagement écologique d’entreprises qui communiquent sur 5 camions à énergie verte parmi la centaine d’autres qu’elle envoie quotidiennement sur les routes dans le même temps ? L’adhésion volontaire à la démarche FRET21 représente pour les donneurs d’ordres un engagement concret. Ils doivent formaliser des objectifs précis de réduction de leurs émissions carbone et mettre en œuvre le plan d’actions qui leur permettra d’y parvenir, sous 3 ans.

L’objectif – minimal – de réduction a été fixé par l’ADEME à 5% des émission de GES sur 100% des flux aval France.

Des actions et des méthodes concrètes et réalistes 

A travers un catalogue de fiches action didactiques et pratiques, FRET21 cherche à fédérer les équipes des entreprises engagées en mettant à leur disposition des pistes concrètes et une méthodologie pour réduire l’impact carbone de leur transport. Les plans d’actions sont construits autour de 4 grands axes :

  • Axe n°1 : le taux de chargement

L’optimisation du remplissage des véhicules marque un premier pas vers une dynamique de réduction des gaz à effet de serre. Méthodes de chargement, types de conditionnement et d’emballage, optimisation des conditions de livraison (en privilégiant les camions complets et en adaptant les fréquences de livraison), gestion mutualisée des approvisionnement (multipick, multidrop…), … sont autant de mesures concrètes qui peuvent être mises en œuvre par les chargeurs. Par exemple, l’optimisation des dimensions et du poids des palettes va permettre de maximiser le chargement et ainsi réduire le besoin en transport et donc la consommation d’énergie.

  • Axe n°2 : la distance parcourue

La réduction des distances parcourues engendre mécaniquement une réduction des émissions de GES associées. En repensant leur organisation transport (positionnement géographique des sites, affectation des transporteurs, structure des flux…), les chargeurs peuvent réduire considérablement le kilométrage parcouru.

  • Axe n°3 : le type de transport

Le recours à un type de transport plus respectueux de l’environnement, à des énergies alternatives (du diesel vers le BioGNV ou l’électrique, particulièrement adapté à une distribution urbaine), ou au report modal va participer à l’amélioration de la performance environnementale du transport de marchandises en diminuant nettement les émissions de GES associées.

  • Axe n°4 : une politique d’achats responsables

Cet axe engage à la prise en compte du critère carbone lors de la sélection des prestataires et à travailler avec des transporteurs sensibilisés aux problématiques de la décarbonation.  Le choix peut notamment s’orienter vers des transporteurs labellisés ou engagés dans la démarche « Objectif CO2 », l’équivalent de la démarche FRET21 côté transporteurs.

L’accompagnement, la clé de l’engagement

En plus des fiches action déjà évoquées, les entreprises qui souhaitent s’engager peuvent compter sur des outils opérationnels qui leur permettent de mesurer les émissions de GES de leurs transports et d’évaluer la performance environnementale de leurs actions d’optimisation pour se fixer des objectifs de réduction réalistes.

Côté chargeurs, l’engagement passe ainsi forcément par une implication active des équipes transport, qui doivent réunir les données nécessaires, opérer les outils mis à disposition et être en mesure d’en tirer les enseignements qui constitueront la base de leur réflexion autour des leviers d’actions à déployer.

Cette démarche parfois complexe nécessite forcément un accompagnement, dont la profondeur peut varier. Lorsque l’entreprise dispose en interne des ressources humaines qui peuvent être dédiées au projet, elle peut se contenter d’un accompagnement léger, entièrement pris en charge par l’ADEME. Constitué d’un support technique ainsi que d’un accompagnement dans la découverte des outils et des fiches action, c’est une bonne introduction à la démarche qui consiste en quelques heures d’échanges entre les équipes de FRET21 et les porteurs du projet en interne.

FRET21 s’est aussi associé à des experts pour proposer des solutions d’accompagnement plus approfondies, modulables en fonction de la maturité du chargeur engagé.  Dans le cadre de cet accompagnement approfondi, en partie pris en charge par l’ADEME, le chargeur est assisté par le prestataire de son choix, officiellement référencé par l’ADEME, à chaque étape de constitution du dossier de candidature. Ce support se matérialise jusqu’à la signature de l’engagement après l’évaluation du dossier par le comité de validation FRET21, qui va ratifier à la fois les objectifs définis par l’entreprise et le plan d’action imaginé pour les atteindre, pour finalement entériner l’engagement officiel du chargeur dans le dispositif.

L’accompagnement, la clé de l’engagement.

On le sait par ailleurs, le transport est un marché peu mature en matière de données. Hétérogènes, éclatées, complexes, elles sont souvent difficiles à appréhender pour les entreprises qui peinent à les exploiter de façon pertinente. C’est une barrière qui les empêche de capitaliser sur une vision fiable et consolidée de leur activité transport, tant au niveau de la dépense, des volumes transportés que des émissions de CO2.

En bénéficiant de l’expertise de spécialistes de la donnée transport, consultants ou autres, les entreprises qui souhaitent intégrer le dispositif tirent parti de leur connaissance du marché et de leur capacité à traiter la data métier. Au-delà de la gestion de la collecte et du traitement des données nécessaires, et de leur intégration dans les outils développés par FRET21, ils sont aussi en mesure d’accompagner dans l’identification des leviers adaptés à l’organisation et dans la prévision de leur impact sur la qualité de service et sur la dépense.

Cette phase d’accompagnement joue aussi un rôle clé dans l’autonomisation des équipes internes, grâce à la formation aux outils, qui leur donneront toutes les clés pour bien conduire la démarche sur la durée. 

Une fois officiellement engagée, l’entreprise signataire pourra donc gérer en autonomie le déploiement de son plan d’action, et devra veiller à assurer un suivi régulier de son engagement. Dans le cadre d’un entretien annuel, assuré par les équipes de FRET21, le chargeur doit ainsi transmettre les données relatives à ses émissions de GES et à la bonne conduite du plan d’action.

Depuis 2018, 165 entreprises se sont déjà engagées dans FRET 21. En permettant aux donneurs d’ordres d’être accompagnés et guidés tout au long de la démarche, le dispositif apparait comme une initiative très pertinente pour les entreprises qui ne parviennent pas à identifier les tenants et aboutissants de leur bilan GES transport, ni à appréhender les pistes d’optimisation qui sauront les mener vers une organisation verte et vertueuse.


Si vous avez des questions sur la démarche FRET 21 ou si vous vous interrogez sur l’opportunité de rejoindre ce dispositif, n’hésitez pas à me contacter par mail (florence.mazaud@bp2r.eu) ou en cliquant sur le bouton ci-dessous.